Animation d’une dynamique participative dans le cadre de l’urbanisation d’une zone d’aménagement communal concerté aux Bons Villers

Date de début 2019
Date de fin 2020
Territoire ZACC de Rèves entre les rues de Bruxelles et de la Station
Thématique Urbanisme & aménagement du territoire
Métier Concertation & soutien à la participation
Partenaires Commune de Les Bons Villers, bureau Dr(ea)²m
Financeurs Société Lixon
Objectifs

Située face à l’école maternelle de Rèves, cette ZACC (zone urbanisable moyennant la réalisation d’un schéma d’orientation local – SOL) de 4 hectares appartient en majorité à la société Lixon qui souhaite l’urbaniser à court terme.

Un premier projet de 140 logements a suscité un tollé parmi les riverains qui craignent l’augmentation de densité d’habitants et de trafic, le changement de typologie du bâti… tout ce qui pour eux représente une menace pour le caractère rural de leur lieu de vie.

Les autorités communales qui souhaitent répondre aux craintes et attentes de la population veulent les intégrer dans un processus de concertation.

Rôle d’Espace Environnement

Le bureau Dr(ea)²m, concepteur du projet pour Lixon, a proposé qu’Espace Environnement accompagne le processus de concertation. La commune et Lixon ont marqué leur accord et Lixon en est le financeur.

La démarche globale et la méthodologie de concertation ont été proposées par Espace Environnement et avalisées par les partenaires.

Démarches

La démarche menée hors de tout contexte législatif obligatoire, en amont de la procédure urbanistique de mise en œuvre d’une ZACC, comporte trois temps de participation :

  • une séance publique d’information ouverte à l’ensemble de la population de Rêves, qui a réuni plus de 200 personnes et a permis à l’auteur de projet de présenter le projet de manière claire, de répondre aux questions et d’entendre les remarques et craintes des habitants et aussi de présenter la suite du processus participatif ;
  • deux ateliers participatifs de réflexion et de co-production partielle, ouverts à une vingtaine de riverains. Les participants à ces ateliers ont été choisis par la commune suite à un appel à candidatures lancé lors de la séance d’information et relayé par un appel communal plus général. Le groupe constitué l’a été en fonction d’une certaine diversité dans les profils, dont l’âge, le sexe et l’adresse. Les ateliers ont permis au groupe de découvrir les contraintes des développeurs, d’exprimer leurs craintes et envies et de formuler des propositions alternatives ;
  • un retour des résultats de ces ateliers et des modifications apportées au projet, lors d’une deuxième séance plénière.
Outils

Parmi les outils utilisés lors des ateliers :

  • un arbre à souhaits, en début de processus pour libérer la parole ;
  • la présentation des participants en fonction de leur lieu d’habitat pour cerner leurs préoccupations en fonction de celui-ci ;
  • divers montages PPT pour présenter les facettes du quartier et du projet et amener le débat ;
  • une animation photo-langage sur une typologie de bâti pour débattre des attentes et craintes des participants à ce sujet ;
  • une co-production d’idées sur plan.
Résultats

A ce stade, le projet est toujours en gestation auprès du promoteur, en dialogue également avec les autorités communales et régionales. Cette dynamique a toutefois permis à différents acteurs de la commune, dont les riverains, de se mettre autour de la table et de s’écouter. Ces échanges ont permis de comprendre les limites et les contraintes du porteur de projet, mais aussi de faire évoluer les propositions d’aménagements envisagés a priori.

Perspectives

Le projet revu doit être présenté à l’ensemble de la population lors d’une séance publique, en guise de conclusion au processus. Il sera alors de la responsabilité des partenaires et en accord avec la Wallonie, de faire avancer le projet au mieux des intérêts et attentes de chacun.