La nouvelle fiche de Santé-Habitat : « Je peux prévenir le risque d’exposition aux perturbateurs endocriniens dans mon logement »

La nouvelle fiche de la série « la Santé et l’Habitat » (n°16) vient de sortir. Elle s’intéresse de très près aux perturbateurs endocriniens : « Je peux prévenir le risque d’exposition aux perturbateurs endocriniens dans mon logement« .

Vous pouvez la télécharger ici.

Les perturbateurs endocriniens : un grain de sable dans les rouages…

Les perturbateurs hormonaux ou endocriniens sont l’ensemble de ces molécules naturelles ou artificielles qui peuvent affecter le bon fonctionnement de notre système endocrinien, ce formidable outil de régulation de notre organisme..
De lui dépend le bon déroulement de notre croissance, le développement de nos organes reproducteurs, la qualité de notre sommeil ou de notre humeur… Un grain de sable dans les rouages et cela peut dégénérer en pathologies : diabète, cancers, diminution de la fertilité ou des capacités intellectuelles, troubles du comportement…. Et c’est bien d’un grain de sable qu’il s’agit puisque les hormones agissent en très faibles quantités directement sur des récepteurs spécifiques, souvent à des moments bien particuliers de notre vie. Les femmes enceintes et le fœtus, ainsi que les enfants et les adolescents y sont particulièrement sensibles.

Des polluants de notre logement

Les perturbateurs endocriniens s’invitent dans de nombreux matériaux et produits du quotidien. Les plastiques souples (sols vinyles, rideaux de douche, jouets, motifs sur textiles) peuvent libérer des phtalates, les peintures à l’eau des éthers de glycol, les appareils électroniques et de nombreux coussins ou matelas contiennent des retardateurs de flammes. Sans parler du formaldéhyde dans les contreplaqués, le plomb contenu dans d’anciennes peintures que l’on ponce ou encore les biocides utilisés pour lutter contre les petites bêtes. Sans oublier les conservateurs des produits cosmétiques (triclosan ou parabènes) montrés du doigt, tout comme certains contenants alimentaires.

Pour réduire son exposition

Choisissons des ustensiles de cuisine en acier inoxydable, des produits d’entretien ou de beauté les plus simples possibles. Evitons les biocides pour lutter contre les petites bêtes ou de porter des vêtements neufs sans les avoir lavés… Mais surtout en l’absence de système de ventilation, renouvelons l’air de la maison pour évacuer les poussières et les polluants !

Une table ronde réunissant des experts en la matière a permis de construire ensemble le contenu de la fiche. Nous les en remercions.

Plus d’informations

Recommended Posts